Un peu de chocolat ‘Youssef Rzouga – Tunisie’

  • 
    
     
    
    
    
    
    
    
    J’écris et j’efface
     Rien d’intéressant
     Le même archipel
     avec les mêmes gens
     avec le même désir avorté depuis 1492
     J’écris et j’efface
     Rien d’intéressant
     un regard se perd dans l’horizon
     en laissant, à part, tout un monde mal fait
     j’écris et j’efface
     en tant que poète de ce monde
     J’imagine un autre monde sans déchets et sans fumée
     j’ai besoin d’une autre planète de poche
     pour la parcourir, à pied, en dix heures au maximum
     j’ai besoin de sentir, s’il est possible, une autre odeur d’une vie simple
     avec une femme enivrée par la bonté de l’utopie de chaque moment en tant que poète…
     j’ai besoin d’une autre planète, sous forme d’un œuf
     sur lequel dort un peuple
     avec les yeux entrouverts
     et le cœur qui bat, sans cesse, durant la nuit
     en tant que poète d’une Afrique blanche d’un bleu méditerranéen
     j’ai besoin de poétiser ce monde laid
     en convertissant mes mots en oiseaux
     qui volent sans ailes
     et font le printemps de chaque jour
     j’écris et j’efface
     j’efface et j’écris
     et en tant que poète de l’Afrique du Nord
     j’ai besoin d’une autre planète avec peu de gens
     j’ai besoin d’un peu de chocolat
     pour gommer l’amertume de ce monde mal fait.
     j’efface ce que j’écris
     et je demeure silencieux, seul et multiple
     en imaginant un autre poète osé
     que peut faire, au lieu de moi, quelque chose concret.
     Tunis, 24 août 2008